Le marché Asie-Pacifique

Le marché asiatique est un marché exigent qui demande une veille et une adaptation constante.

Au-delà des conditions d’exportations rigoureuses en Asie, le développement, la croissance économique des villes notamment secondaires ouvrent de nouveaux marchés avec un mode de consommation différent. Autrefois produit de luxe, le vin devient plus attractif et particulièrement auprès de consommateurs plus jeunes et qui ont vu leur pouvoir d’achat augmenter. Le vin est désormais associé à un style de vie.

Cette clientèle nouvelle éprouve un réel intérêt à en savoir plus sur les vins qu’elle consomme. Cette soif de connaissance, est plus qu’une tendance, elle se traduit par une demande de proximité et de rencontres avec les producteurs.  Ce nouveau consommateur est attentif à la provenance, à la marque et au packaging mais aussi à la notoriété du vignoble, la qualité du vin et aux recommandations.

On note également un intérêt grandissant pour les vins issus d’une agriculture responsable : vins biologiques, biodynamiques, naturels et IGP notamment en Corée du Sud et à Taiwan.

Le marché du vin en Asie-Pacifique devrait enregistrer une augmentation de presque 14 % de 2017 à 2022, la plus élevée parmi toutes les régions à l’échelle mondiale. Les marchés les plus attractifs en Asie sont la Chine, la Corée du Sud, le Japon tandis que les principaux marchés émergents sont Taïwan et Singapour en Asie du Sud Est.

(Sources :  Marketing Chine – Juillet 2019 |Business France – 2019 | agence Adocc- mai 2020 | Ambafrance.org  )

Le marché Américain

La crise sanitaire mondiale, les contraintes douanières n’ont pas épargnées le secteur des vins et spiritueux en Amérique du Nord, tous les acteurs de l’industrie se sont vus contraints à adapter leurs canaux de distribution. Avec une consommation annuelle de 11 litres par habitant en Amérique du Nord, les ventes en ligne depuis des plateformes web dédiés, la démocratisation de la livraison à domicile, … le e-commerce prend tout son sens et s’octroie une place déterminante sur le marché américain.

Avec 650 millions de consommateurs, 2 Md USD d’importation et une évolution des mentalités culturelles, l’Amérique latine voit : sa consommation de vin multiplié par 2, un intérêt grandissant des consommateurs pour les appellations des vins étrangers et pour les IGP aux côtés des AOP et AOC notamment auprès de l’Argentine, de l’Uruguay et le Chili.

Les consommateurs sont globalement sensibles au facteur prix, mais les catégories socio professionnelles les plus élevées tendent à rechercher des produits de meilleure qualité et nouveaux.

En dépit de l’impact de la COVID 19, des aléas politiques et crises économiques, les marchés américains restent porteurs et offrent de nombreuses opportunités pour les producteurs désireux d’exporter leur vin.

(Sources :  Business France San Francisco – avril 2020 | Vitisphere et Team France Export – juin 2020)

Le marché Européen

Avec +5% des importations mondiales en volume en 2018 et 3 des 5 pays (la France, l’Italie, l’Allemagne, les Etats-Unis, la Chine) qui rassemblent à eux seuls 50% de la consommation mondiale, le secteur Vins et Spiritueux représente 65% des parts de marchés de l’Union Européenne.

De nombreux pays comme la Pologne, la Roumanie, la Hongrie, l’Ukraine…s’orientent vers des habitudes de consommation plus occidentales. La hausse de leur pouvoir d’achat profite au marché des vins dont la consommation ne cesse de progresser. Le développement de la culture des wine-bars, la multiplication des actions de promotion des vins et d’éducation du consommateur favorise la croissance du marché.

Le marché européen présente également, depuis quelques années, un très fort intérêt pour les vins premiums, Bio /Organic, à haute valeur environnemental (HVE), naturels, en biodynamie … 

Entre préoccupations sanitaires et modifications des moments de consommation, les opportunités d’affaires restent nombreuses.  Malgré une forte compétition entre pays producteurs, les experts restent confiants pour les exportations européennes qui devraient être préservées par la forte demande pour les vins ayant une indication géographique.

(Sources :  Business France – 2019 | agence Adocc- mai 2020 | Ambafrance.org | CCI France – 2019
France Agrimer – juillet 2020 | vinetsociete.fr – 2019 | la revue du vin de France – 2018 | vitisphère – jan 2020)